Adèle Exarchopoulos








3 Mar 2017




     Photoshoot by Laurent Humbert for Madame Figaro









3 Mar 2017




     Interview pour Madame Figaro

Icônes de films d’auteur, elles sont les héroïnes d’Orpheline, vibrant portrait de femme d’Arnaud des Pallières. Un échange complice sans rien s’interdire.

L’une intellectualise, l’autre fonctionne à l’instinct. Adèle Haenel vient de terminer Remise de peine, une comédie dépressive de Pierre Salvadori, avec Pio Marmaï ; Adèle Exarchopoulos, quant à elle, le Fidèle, de Michaël R. Roskam, une histoire d’amour sur fond de film noir, avec Matthias Schoenaerts. Toutes deux se rejoignent, sans se rejoindre vraiment, à l’écran dans Orpheline, d’Arnaud des Pallières (en salles le 29 mars), l’âpre mais sidérante trajectoire d’une femme en lutte pour sa liberté. Et se retrouvent accessoirement, un début d’après-midi cafardeux, dans ce café du IXe arrondissement de Paris où elles s’installent en terrasse sans même se concerter.

Toutes deux partagent un talent explosif, né en 2002 dans les Diables, de Christophe Ruggia, pour Adèle Haenel, et en 2013 au Festival de Cannes, dans la Vie d’Adèle : chapitres 1 et 2, d’Abdellatif Kechiche, pour Adèle Exarchopoulos, un agenda bien rempli (les réalisateurs se les disputent) et la volonté de choisir des rôles en accord avec leur naturel féministe. Débordantes, passionnées, engagées, les deux Adèle – trois césars à elles deux – s’écoutent, s’effacent, se contredisent et finissent même par s’amuser.

Madame Figaro. – Vous connaissiez-vous avant Orpheline ?
Adèle Haenel. – J’ai connu Adèle avec la Vie d’Adèle. Elle a une espèce d’hyperprésence, une manière de s’investir. Il y a chez elle quelque chose qui vibre. Dès que j’ai su que nous allions jouer dans Orpheline, je l’ai appelée… Le casting est un premier indice. Il te renseigne déjà sur l’ambition du film.
Adèle Exarchopoulos. – C’est rassurant de se dire, à la lecture d’un scénario, que quelqu’un que tu estimes a ressenti la même chose que toi. J’avais vu Adèle dans Naissance des pieuvres. Nous avons le même agent et nous nous étions croisées à des avant-premières. Elle est l’actrice de ma génération qui m’impressionne le plus. Elle sait injecter du politique dans ses choix.

Comment votre première rencontre avec Arnaud des Pallières s’est-elle déroulée ?
A. E. – Ces premiers rendez-vous sont généralement horribles : on a le sentiment de devoir se vendre sans avoir la possibilité de créer. Là, c’était simple.
A. H. – Le réalisateur voit-il en toi des choses que tu ignores ? Dois-tu accepter cette domination du regard ? Cherche-t-il un partenaire ou une pâte à modeler ? Arnaud parle beaucoup. Sur le tournage, d’ailleurs, ça m’énervait. Moi, plus je m’exprime, plus j’ai peur. Je préfère faire les choses et qu’on en discute après, un peu comme à la piscine quand je devais sauter du plongeoir.

Comment avez-vous ressenti sa manière de vous diriger ?
A. H. – Au départ, j’étais frustrée de voir à quel point sa mise en scène s’introduisait dans le jeu même. Mais c’est ce qui rend le film si singulier. J’avais l’impression d’être un cheval auquel on apprend à trotter. Dès que je partais dans une direction, il m’en désignait une autre. Petit à petit, j’ai pris son parti. L’affection que je lui porte aujourd’hui a vraiment une histoire.
A. E. – Il nous a poussées à sortir de nos zones de confort. Une partie de moi s’est endormie, et de cet abandon est né autre chose. J’ai toujours tendance à m’en remettre à mon instinct. Mais les vrais génies sont ceux qui arrivent à allier instinct et technique, comme DiCaprio. Tu as ça aussi, Adèle. Moi, j’ai encore beaucoup à apprendre.
A. H. – C’est très humble de dire cela. Mais c’est aussi une question de parcours. Toi, tu as tout explosé en arrivant. Adèle, Natacha Régnier dans la Vie rêvée des anges, ce sont des claques. Or, tu ne peux pas reproduire ces claques de manière industrielle. Elles sont liées à l’âge, à ta vérité du moment.
A. E. – Dans l’Homme qu’on aimait trop, d’André Téchiné, je vois à quel point tu es capable à la fois de construire théoriquement ton personnage et de basculer dans des scènes de transe, comme celle de la danse africaine. Tu dois travailler tes rôles, non ?
A. H. – Quand la réponse est évidente comme pour les Combattants, où j’ai dû soulever de la fonte, ça rassure tout le monde. En réalité, lorsque j’aborde le rôle, j’ai une seule idée. Sur le Téchiné, par exemple, je me répétais : cette femme brûle d’amour. J’ai songé à ce sentiment de se consumer, au rapport à la honte. Je trouve toujours bizarre de parler sans honte de ce que l’on fait. Nous, les actrices, nous nous présentons au monde avec notre honte, puisque nous nous livrons avec nos fragilités.

Quelle était l’idée fondatrice sur Orpheline ?
A. E. – Ne pas juger le personnage. Elle consomme des hommes, mais les filles comme ça, je les connais : ce sont des cœurs d’artichaut. Elle répond quand même à une petite annonce pour se faire adopter. Son rapport au danger m’intéressait davantage que sa sexualité.
A. H. – J’aimais l’idée de ses mues successives. La quête de la sexualité dans le film dit surtout le manque d’amour que ressent le personnage. Pour moi, Orpheline est un film féministe. Le féminisme suppose d’aller contre la marche du pouvoir. Il n’y a pas de neutralité possible. Soit tu vas dans le sens du pouvoir, soit contre. Le personnage va contre. Et puis, il y avait la colère. Cette femme réagit à la violence du monde.

Vous avez toutes les deux des scènes de sexe ? Comment les avez-vous abordées ?
A. E. – Il ne faut pas les aborder. Devoir les regarder est déjà suffisamment atroce… Le nu, il faut que je le prenne comme un déguisement, et puis il faut aussi que j’arrête : j’ai rempli mon quota. Ça ne va pas forcément avec ma pudeur personnelle, ni avec celle des gens que j’aime. Je suis au service des films. Avoir à m’expliquer… Moi, c’est là que je peux ressentir de la honte.
A. H. – On voudrait parfois vous culpabiliser d’avoir tourné ces séquences. Hors de question… Moi, j’y vais comme un boxeur qui entre sur le ring. Je refuse de montrer que j’ai peur, alors je crâne. Tout se joue entre la frime et la frousse.

Dans le film, Adèle Exarchopoulos, vous travaillez sur les champs de courses…
A. E. – Au début, à vrai dire, je n’avais pas envie d’aller à Vincennes dans le froid pour voir des poneys qui s’appelaient Michel Jackson ou Rio de Janeiro. Avec ma naïveté, je m’attendais à me retrouver dans Gatsby le Magnifique, mais je n’y ai croisé que les joueurs du PMU. Puis je me suis mise à beaucoup parier. Pour le risque de perdre.

Le film demande au spectateur de combler ses ellipses…
A. H. – Arnaud des Pallières l’estime assez pour ça. Il se fiche de cette pédagogie que les politiques aiment tant. La pédagogie suppose qu’il y a des maîtres et des ignorants. Rien que ça, ça m’énerve.

Comment choisissez-vous vos rôles ?
A. E. – En me trompant. Quand tu vois le résultat, tu te sens trahie, mais tu t’es trahie toute seule.
A. H. – À l’intuition. Un truc dans ma tête me dit ce qu’il faut faire ou pas.
A. E. – J’ai envie de seconds rôles. Même si c’est un peu prétentieux, tu n’as pas le poids du film sur les épaules. Quand tu sors d’Un prophète, tu ne parles que de Tahar (Rahim), mais tu sais que tu n’oublieras jamais Reda (Kateb). Les réalisateurs ont l’impression qu’avec les acteurs tout est une question de longueur du texte.
A. H. – Ne pas être attendue, c’est chouette. Moi aussi, à partir du moment où un film me touche, je me fiche de l’épaisseur du rôle.

Adèle Haenel, vous vous êtes engagée pour la libération de la romancière turque Asli Erdogan…
A. H. – Oui, même si j’ai du mal à m’engager concrètement autrement que par le biais des films. D’ordinaire, je ris au nez des gens de pouvoir, qui sont toujours à côté de la plaque, mais ils écrasent la vie de tant de personnes… J’ai donc milité pour la libération de cette femme – un symbole – et de tous ceux qui ont été enfermés avec elle sous des prétextes fallacieux.

Comment vivez-vous l’exercice de la promo ?
A. H. – J’évite les interviews sur les crèmes de jour, je refuse les questions personnelles. J’essaie de garder une cohérence.
A. E. – J’ai cessé de prendre les choses à la rigolade et j’ai compris que mes propos pouvaient avoir un impact.

Y’a-t-il un rôle que vous voudriez un jour endosser ?
A. H. – Déjà, j’ignore qui je suis, alors spéculer sur ce que je vais devenir… Pour moi, c’est une idée qui appartient au monde… des farfadets. Je trouve que la question suppose une forme de frustration.
A. E. – Pas forcément. Moi, par exemple, j’adorerais incarner une boxeuse ou tourner dans un X-Men pour satisfaire un rêve d’enfant.
A. H. – D’accord. Alors manier l’épée, courir à cheval dans une plaine avec un épervier sur le bras en criant : « Ya, ya ! » Du jeu à l’état pur, quoi.

Source : madame.lefigaro.fr









3 Mar 2017




     Cover – Madame Figaro (March)









28 Feb 2017




     Adèle Exarchopoulos dans le biopic sur Noureev

Annoncé à l’automne 2015, Ralph Fiennes va finalement tourner son biopic sur le danseur Rudolf Noureev, The White Crow, cet été entre Saint-Pétersbourg et Paris.

Ce troisième film de Fiennes en tant que réalisateur rassemblera la russe Chulpan Khamatova (Luna Papa, Good Bye Lenin!, Under Electric Clouds), le jeune danseur Sergei Polunin (vu dans le clip signé David LaChapelle, “Take Me to Church” de Hozier) et la française Adèle Exarchopoulos. Elle interprétera Clara Saint, ex-fiancée du fils d’André Malraux, chorégraphe et amie du danseur qui l’aida à fuir la Russie et s’installer en France (elle révéla son rôle dans cette évasion il y a deux ans). Entre le danseur russe prodigieux et cette fille d’un peintre chilien réfugié à Paris, il n’y a rien eu d’autre qu’une histoire d’amitié, a-t-elle toujours affirmé.

The White Crow est l’adaptation de la biographie de Julie Kavanagh, Rudolf Nureyev: The Life, inédite en France. Le scénario de David Hare (The Hours, The Reader) se focalisera surtout sur le moment où Noureev passera à l’Ouest en 1961.

Source : ecrannoir.fr









8 Feb 2017




     (Video) Orpheline – Official Trailer









8 Feb 2017




     First Look at “Le Fidèle”

The drama takes place in the fast-paced world of racing, and centers on a story of love at first sight when gangster Gino aka ‘Gigi’ (Matthias Schoenaerts) meets Benedicte aka ‘Bibi’ (Adèle Exarchopoulos), a wealthy and fearless racing driver. Gigi and Bibi fall madly in love, but with fate stacked against them their loyalties will be pushed to the limit. How much can their love endure to save what may already be lost?









8 Feb 2017




     Adèle joins “The White Crow” drama !

EXCLUSIVE: Adèle Exarchopoulos and dancers Oleg Ivenko and Sergei Polunin will star in The White Crow; HanWay to handle world sales.

Blue Is The Warmest Colour star Adèle Exarchopoulos, Russian actress Chulpan Khamatova (Good Bye Lenin!) and dancers Sergei Polunin and Oleg Ivenko are to star in Ralph Fiennes’ Rudolf Nureyev drama The White Crow.

After an extensive search the production has settled on Russian dancer Ivenko to play iconic dancer Nureyev in the feature, which Fiennes will look to shoot on location in St Petersburg and Paris, including the iconic Mariinsky Theatre and the Palais Garnier, in summer 2017.

David Hare’s (The Hours) script, based on the biography Rudolf Nureyev: The Life by Julie Kavanagh, charts the iconic dancer’s famed defection from the Soviet Union to the West in 1961, despite KGB efforts to stop him.

The script’s finale is set at Le Bourget airport in Paris and traces the dramatic day of the defection.

Exarchopoulos will play Parisian Clara Saint who helped choreograph her friend’s defection.

The film is developed by BBC Films and produced by Philomena producer Gabrielle Tana, who recently produced documentary Dancer, about prodigal talent Polunin.

Tana will produce through Magnolia Mae Productions alongside former Pathé executive François Ivernel (The Iron Lady) under his banner Montebello Productions.

Executive producers for BBC Films are Joe Oppenheimer and Beth Pattinson.

Fiennes said: “Ever since Julie Kavanagh gave me advance proofs of the early chapters of her biography of Nureyev, back in 1999, I have been inspired and moved by the story of his student years and his decision to defect to the West. This is a story of an uncompromising spirit, of homeland and ideologies that restrict, and of friendship.

“It is equally, a tale about the life and ballet culture he left behind in Russia. We have spent a very long time looking for our Rudolf Nureyev and are thrilled to have found the exceptional talents of dancer and actor Oleg Ivenko for this part.”

Tana commented: “I’m thrilled to be working with Ralph on our third project together. With his insightful vision, David Hare’s magnificent screenplay and our exceptionally talented cast – I am excited to bring these important chapters of Nureyev’s life to the screen. This has long been a passion project for me and I can’t be more delighted to be working with HanWay on this film.”

Gabrielle Stewart, HanWay MD, noted: “The whole team at HanWay has been seduced with the depth of preparation, passion and vision Ralph Fiennes is bringing to this project. He has taken the time to find his perfect Nureyev in Oleg, and with his strong production team behind him, is getting access to unique locations. The White Crow will be pure cinema.”

Volatile former Royal Ballet star Nureyev, whose stage partners included Margot Fonteyn and Yvette Chauviré, died aged 54 from an AIDS-related complication.

Fiennes is represented by Simon Beresford at Dalzell & Beresford and Bryan Lourd and Joel Lubin at CAA.

Source : screendaily.com









18 Jan 2017




     (Video) Louis Vuitton Series 6 by Nicolas Ghesquière filmed by Bruce Weber









18 Jan 2017




     “Orpheline” at Ramdam Festival in Tournai

Avant-premières attendues au Ramdam Festival (du 14 au 24 janvier 2017)
Le Français Arnaud Des Pallières est de retour en Belgique trois mois après avoir décroché le Bayard d’or au Fiff à Namur, toujours avec “Orpheline”, portrait de quatre femmes campées par Adèle Haenel, Adèle Exarchopoulos, Gemma Arterton et Solène Rigot.

Source : lalibre.be









18 Jan 2017




     Adèle Exarchopoulos and her cult beauty product

À l’occasion du prix « Beauté Stars », l’actrice nous raconte son coup de cœur beauté : le rouge à lèvres Lip Magnet, de Giorgio Armani Beauty.
C’est le plus VIP des prix cosmétiques. Il récompense chaque année les produits de beauté plébiscités par notre jury de stars (100 actrices et personnalités ainsi que 35 acteurs) dans toutes les catégories (soin visage, parfum, maquillage, etc.). Pour cette 9e année, coup de projecteur sur un produit qui a fait flasher un membre du jury.


La personnalité
Adèle Exarchopoulos. Révélée par La Vie d’Adèle au Festival de Cannes 2013, où elle reçut la Palme d’or aux côtés de Léa Seydoux, puis nommée césar du Meilleur Espoir féminin l’année suivante, la talentueuse actrice de 23 ans enchaîne les tournages. À l’affiche le 11 janvier dans The Last Face, le film de Sean Penn, avec Charlize Theron et Javier Bardem, on la verra ensuite dans Orpheline d’Arnaud des Pallières et Le Fidèle de Mickaël R.Roskam ou l’histoire d’un coup de foudre avec Matthias Schoenaerts…

Le produit culte
Lip Magnet, Giorgio Armani Beauty. Une couleur mate intense et une texture si fine qu’on ne la sent pas… Ce rouge à lèvres liquide dessine les lèvres à la perfection, dans des couleurs audacieuses, dignes de la Scala de Milan. Son secret ? Un polymère « Fusion » qui lie huiles nourrissantes et pigments pour une tenue longue durée (8 heures). Et un astucieux pinceau applicateur qui diffuse juste ce qu’il faut de matière, pour sculpter sans déborder. Quand on porte une de ses dix-huit nuances vibrantes, on se maquille peu les yeux, on se fait un teint parfait et… une entrée théâtrale !

Ce qu’elle en dit
« Un rouge qui sublime mes lèvres avec une tenue irréprochable. »

Source : madame.lefigaro.fr





    • Previous page • Next page